Cette collection comprend environ 15 000 échantillons, ce qui en fait une collection  de minerais très importante par son volume, dont il n’existe probablement pas d’équivalent en France, en tout cas pas accessible au public. Elle a été constituée et rassemblée au sein du laboratoire de Géologie Appliquée de Paris 6, notamment par F. Boyer.

La variété des minerais, des pays d’origine, des types de gisements qu’ils représentent avec leurs milieux de formations (des cratons archéens, aux chaînes plissées du Cénozoïque) et les processus (magmatiques, sédimentaires, métasomatiques, hydrothermaux), témoignent de l’intérêt pédagogique et patrimonial de cette collection. Les gisements anciennement exploités en France et en Europe sont maintenant fermés, souvent inaccessibles et les haldes mêmes ont disparu. Les minerais proviennent aussi de grands gisements d’importance économique mondiale : gisements polymétalliques d’amas sulfurés liés au volcanisme (Province sud ibérique, Quadrilatère du Québec Ontario, Suède, Finlande…) ; gisements hydrothermaux variés, à Sn-W liés aux granites, filons à fluorite- barytine (Europe) ; gisements aurifères, dans des filons hydrothermaux (Salsigne, France ; Val d’Or, Province du Québec…), dans des sédiments (Witwatersrand, Afrique du Sud) ; gisements de Pb-Zn en milieux sédimentaires, comme le district cévenol en France, celui des horsts au Maroc,  et  aux USA, la Province « Mississipi valley », les cavités karstiques  de Tunisie …, ; gisements sédimentaires de fer (Lorraine, Mauritanie, Brésil).

Les structures variées des minerais (litées, rubanées, concrétionnées, bréchiques, disséminées…) ont également un grand intérêt pédagogique, car elles permettent d’expliquer comment on peut déduire des successions de dépôts, dans des conditions physico-chimiques variées (magmatiques, hydrothermales, sédimentaires, métamorphiques). Tous ces échantillons proviennent de visites de districts miniers lors de congrès, de thèses,   de   voyages des enseignants de Géologie appliquée et d’excursions. Ils s’accompagnent donc de documents (thèses, cartes géologiques et minières, publications) et de lames minces et sections polies.

 Vitrine de la collection de minerais : des échantillons présentés et étiquetés.

Salle 14 vitrines 14 22 23 resultat 

La collection de sections polies de minerais est issue d’échantillons étudiés lors des  thèses  (200 thèses environ)  soutenues au laboratoire de  Géologie Appliquée entre les années 1955 à 1991), et de dons. Les anciennes sections sont des échantillons non inclus dans de l’araldite, les autres (40mm et 25 mm de diamètre) sont enrobées dans l’araldite. La  collection  comprend des sections classées par types de gisements et métaux et une collection de minéraux de référence. comparer à des minéraux à identifier. Cette dernière permet d’avoir des témoins pour les Elle peut être ainsi utile pour des chercheurs. Une petite partie de cette collection a été également utilisée pour l’enseignement lors de travaux pratiques d’initiation à la détermination des minéraux au microscope métallographique. Dix anciens  microscopes  métallographiques  ainsi  qu’un  ancien  microscope  de  recherche (lumière réfléchie et lumière transmise) sont disponibles dans la salle Rubis.

Les thèses et la documentation (cartes métallogéniques à diverses échelles, cartes géologiques des districts à l’échelle minière, plans de mines, publications) concernant les gisements représentés dans la collection de minerais, de nombreux ouvrages métallogéniques anciens et quelques périodiques (chroniques des mines,  …) sont également stockés dans le même local. Parmis les ouvrages anciens, on trouve :

-     Traité des gîtes minéraux et métallifères, Fuchs et D Fuchs, Launay,  1893, dédicacé par

  • Plusieurs ouvrages de De Launay, dont Traité de métallogénie, gîtes minéraux et métallifères en 3 volumes, dédicacés par l’auteur, 1913,
  • Plusieurs volumes de monographie de la fin du 19 me siècle de l’US Geological Survey,
  • Mineral Deposits, de Lindgren, 1928
  • Principles of economical geology, de Emmons, 1918,
  • L’or de Sibérie orientale, Levat, 1897,
  • Gesteins und Mineralprovinzen, Niggli, 1923, …

Il y a donc un fort potentiel  pour illustrer des thèmes variés à destination de publics différents intéressés par Uneles minéraux, les roches, l’histoire des mines (universitaire, scolaire,…).Une organisation des vitrines par thèmes, le contenu des tiroirs inventorié  doit exister. Au démarrage seuls quelques fichiers et registres existent sur certaines parties du fond de la collection. Dès le mois de septembre 2011, Simon Blancher et Colette Derré ont réalisé l'inventaire des échantillons mis en vitrine (environ 800 échantillons), avec photos, description et précisions sur le gisement ( numérique). Cet inventaire est  prolongé au contenu des tiroirs, travail qui a été commencé par F. Boyer et J. Geyssant, mais qui est très long et demande une réorganisation complète des tiroirs. L’inventaire de cette collection est un travail urgent, car les derniers témoins capables de connaître l’origine de ces roches et d’en comprendre l’intérêt (F. Boyer, C. Derré, J. Thibieroz...) sont à la retraite.

En 2008, cette collection a été présentée aux journées du patrimoine par l’U MC. En 2010, quelques échantillons de la collection ont été prêtés aux ateliers de la fête de la science organisés par l’école doctorale Géoscience et Ressources Naturelles.